Ang : Charles Cali comment ont démarré les premières Nouméa Cup en Calédonie ?

Charles Cali : La première Nouméa Cup a été à l’initiative de Charles Lavoix qui voulait lancer sa chaine de magasins Océanie. Elle a eu lieu au wharf de RFO à Ste Marie. L’organisation avait été confiée à L’AVPV. A l’époque, c’était des flotteurs locaux de toutes les formes possibles et imaginables tout comme les voiles d’ailleurs.

Puis avec la PBA (Professionnal Boardsailing Association), on a fait rentrer la Nouméa Cup dans le circuit Pro ou elle a pris son nom de Nouméa Dream Cup.

 

 

On croise depuis peu sur le plan d’eau une voile à l’immatriculation inhabituelle. Qui est donc cet AUS 071 qui déboule à toute allure et jibe comme un forcené toute la journée ?

Interview en 7 points du premier coureur international de l’Airwaves Nouméa Dream Cup à avoir posé ses ailerons à l’anse Vata :

 

Ang : Comment la planche à voile a commencé en Calédonie ?

Didier Pujol : Bob White a été le premier à faire venir des windsurfers des States avec le wish en bois carré avec 2 voiles triangle entre 1977 et 1980.

Moi j’étais agent Jeannot et Bic et en 1980, Bic a sorti sa fameuse Dufourwing à un prix défiant toute concurrence. Une planche complète valait 50000 à l’époque. On vendait les planches directement sorties des containers.

Retour en image d'une super session à l'occasion de J-30 de la AIRWAVES Nouméa Dream Cup !

 

 A l’issue de la Bluescope Race qui s’est déroulée les 4 et 5 octobre et qui a clôturé la saison de sélection, les noms des calédoniens qui sont dorénavant sélectionnés sont dévoilés à J-30 :

 

C'est Laurent – rarement un Championnat local ne t’échappe, tu te fais souvent une place sur les podiums, tu es à priori sélectionné - qu’attends-tu de la Airwaves Noumea Dream Cup PWA qui se déroulera à domicile du 18 au 23 novembre prochain ?

Je pense que cela va être un grand moment de partage. Avec le public c’est une certitude, mais aussi avec les compétiteurs étrangers. Lors de cette semaine de compétition nous allons être confrontés au très haut niveau et nous allons grâce à cela emmagasiner beaucoup d’expérience. Ceci dit et avec le plus d’objectivité possible, il va être difficile de tirer son épingle du jeu car il y a un réel écart de niveau avec le top 20 mondial. Mais avec la connaissance du plan d’eau, le soutien du public et une navigation portée sur l’attaque, tout peut arriver….